MAC : pour répondre à l’urgence écologique

Morlaix Alternative Citoyenne, ce sont des personnes engagées, souvent de longue date, dans l’écologie : transport, eau, énergie, biodiversité, solidarités. Des acteurs d’un mode de vie plus économe en ressources.
Si nous voulons permettre à toutes et tous d’accéder à une vie confortable et maintenir ce niveau de vie dans le futur malgré l’urgence climatique et les dérèglements à venir, nous ne pouvons pas attendre l’Etat.
Nous devons aller plus loin et plus, agir ici et maintenant, dans l’entraide et la solidarité. L’écologie sera sociale ou ne sera pas : pour remporter le défi, elle ne doit pas être une affaire de moyens financiers personnels et ne doit laisser personne de côté.

L’écologie n’est pas qu’une histoire d’espaces verts. Elle s’applique à tous les domaines et sera le prisme à travers lequel nous étudierons toutes les actions à mener pour Morlaix. Ci-dessous nos propositions en la matière (en dehors des orientations concernant l’urbanisme, résolument marquées par l’écologie, sur une autre page) :

Sobriété énergétique

La Mairie et ses partenaires directs (EHPAD, CCAS, etc) se doivent d’être EXEMPLAIRES dans la sobriété énergétique : isolation, éclairage, flotte de véhicules, etc. La rénovation thermique crée des emplois locaux.

  • Réaliser un audit sur tout le bâti municipal (isolation, éclairage, consommations des fluides) par un organisme indépendant et réaliser les investissements générateurs d’économies
  • Inciter les bailleurs sociaux et les co-propriétaires privés à intensifier leurs efforts en matière de rénovation énergétique, notamment via une OPAH (opération programmée d’amélioration de l’habitat) avec l’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat
  • Faciliter la réhabilitation des logements anciens en lien avec Morlaix Communaut, l’OPAH et les opérateurs qualifiés (type Heol) en mettant en place un guichet unique pour les particuliers, avec une fonction de diagnostic, de simulation financière, de conseil technique et de contractualisation avec des artisans pour garantir l’efficacité des travaux
  • Faire du pays de Morlaix un territoire de référence pour l’écohabitat : formation (AFPA, IUT), chantiers de rénovation, écoquartiers
  • Favoriser les modes de déplacement les plus économes et les moins polluants pour les employés municipaux durant leur travail et mettre en place un suivi

Production d’énergie renouvelable

La production d’énergie renouvelable et la rénovation thermique sont créatrices d’emplois non délocalisables.

  • Créer une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) pour la production  d’électricité renouvelable sur la commune et sur la communauté d’agglomération (financement et rétribution partagée citoyens-collectivités)
  • Installer des panneaux solaires sur les bâtiments municipaux et favoriser leur mise en place sur du bâti privé, par un système de contrat locatif entre la SCIC et les propriétaires
  • Choisir un fournisseur d’électricité qui produit à partir d’énergie renouvelable (type ENERCOOP ou PLÜM)
  • Inclure des clauses sociales et écologiques (climato-compatibilité) dans tous les appels d’offre (politiques d’achats publics)

Développer l’usage du vélo et du covoiturage

Les services en lien avec le vélo comme la logistique urbaine, les activités touristiques les vélos en libre-service, l’entretien, … constituent des viviers d’emplois.

  • Mettre en place un plan incitant au covoiturage et à l’utilisation du vélo (primes pour les employés municipaux) et soutenir la mise en place de démarches similaires chez les principaux employeurs du territoire et réfléchir à la mise en place d’une flotte de VAE* en location courte ou longue durée
  • Favoriser l’usage du vélo par une continuité cyclable sur la commune y compris pour les enfants en élaborant un schéma de déplacement urbain GLOBAL
  • Prévoir un réseau inter-urbain cyclable complet
  • Concevoir les espaces publics selon une hiérarchie qui va du piéton au cycliste puis au transport en commun et enfin à la voiture
  • Augmenter le nombre de stationnements sécurisés (centre-ville, pôle, établissements publics)

Des transports publics pour tous

  • Faciliter l’accès aux transports publics locaux par un meilleur cadencement, des navettes plus petites et mieux adaptées et une extension progressive aux communes de la première couronne autour de Morlaix
  • Proposer à Morlaix communauté la gratuité des transports publics locaux (scolaires et autres)
  • Permettre une accessibilité maximale pour les personnes à mobilité réduite et à station debout pénible
  • Améliorer la complémentarité vélo/train et vélo/autocar
  • Soutenir la remise en activité de la ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff

Réduire les déchets

La Mairie et ses partenaires (EHPAD, CCAS, etc) directs se doivent d’être EXEMPLAIRES dans la réduction des déchets

  • Accompagner les particuliers dans la modification de leurs pratiques de consommation (tendre vers le zéro emballage, préférer le réparable au jetable, prendre conscience des impacts des différents types de consommation : viande, textile, plastiques…)
  • Mettre en œuvre une tarification incitative de la collecte des déchets (paiement en fonction du volume de déchets produits et non de la valeur locative du logement). Comme pour les cantines scolaires, les tarifs pourraient être modulés selon des critères sociaux.
  • Étendre la politique « zéro déchets » aux entreprises et établissements publics locaux, avec un financement à leur charge (CCI, cotisations volontaires, tarifs déchetteries…)
  • Faire respecter la loi en matière de publicité et supprimer les grands panneaux publicitaires et les panneaux lumineux pour lutter contre la frénésie de consommation

Gérer autrement les déchets existants

Sortir de l’incinérationcréera des emplois (seulement 3 emplois pour 10000 tonnes de déchets incinérés, plus d’une centaine dans le cadre d’un réemploi/recyclage mis en œuvre par les acteurs l’économie sociale et solidaire)

  • Sortir de l’incinération : elle produit des fumées cancérigènes, des mâchefers susceptibles de relarguer des métaux lourds, elle freine la prévention et le recyclage (une fois installés les fours doivent être alimentés), elle coûte cher (156 € la tonne en 2017). Alternative : un centre de stockage des déchets de proximité.
  • Mettre en place une nouvelle filière de compostage pour enlever les produits fermentescibles des ordures ménagères
  • Inciter à l’évolution des déchetteries en dédiant des espaces au réemploi d’objets, meubles et matériaux pour permettre leur réutilisation
  • Développer le réseau des ressourceries (Emmaüs, les chiffonniers, le Repair, Goupil, les Temps bouille, les déchetteries…) et créer une « zone de don »

Une alimentation saine

  • Orienter le soutien à l’installation vers l’agriculture bio (au niveau de Morlaix Communauté), agriculture créatrice d’emplois car elle utilise moins d’intrants chimiques et plus de main d’œuvre que l’agriculture conventionnelle.
  • Repenser la production de la cuisine centrale municipale pour sortir de la liaison froide et approvisionner à 50 % en produits bio locaux les cantines scolaires, les crèches, l’EHPAD et proposer à chaque repas une alternative végétarienne.
  • Contractualiser l’achat de produits avec le lycée de Suscinio et les agriculteurs locaux.
  • En partenariat avec le lycée de Suscinio, constituer un pôle de référence pour la conversion à l’agriculture biologique et la mise en place des circuits courts (au niveau de Morlaix communauté)
  • Limiter fortement la transformation de terres cultivables et d’espaces naturels (au niveau de Morlaix Communauté)
  • Lutter contre les pollutions diffuses d’origine agricole : pesticides, engrais, excès de déjections (en lien avec Morlaix communauté)

Préserver la qualité de l’air et de l’eau

  • Mettre en œuvre un suivi régulier de la qualité de l’air : convention à établir avec l’association Air BREIZH
  • Faire une campagne de diagnostics de la qualité de l’air via une campagne de détection du gaz radon sur le bâti pour permettre un assainissement des habitations (aération, ventilation, étanchéité…)
  • Mettre en œuvre la réglementation sur la séparation du réseau d’assainissement et du réseau pluvial
  • Prévenir les inondations et limiter leurs effets :
    – réduire l’artificialisation des sols et mettre en place des chaussées et revêtements poreux
    freiner les écoulements en amont pour favoriser l’infiltration (talus, boisements, couverts, végétaux)
    – relancer les mesures de protection des immeubles et commerces en zone inondable
    – tirer les enseignements de l’étude galeries-ports sur les effets de l’envasement et les travaux à réaliser sur les galeries

Des pratiques respectueuses de la biodiversité

  • Lutter contre l’érosion de la biodiversité en préservant les espèces sauvages (faune et flore)
  • Favoriser la nature en ville : créer dans les quartiers des espaces écologiques cogérés par les citoyens et les jardiniers de la ville
  • Identifier le tiers paysage (les friches, les délaissés de route) où la biodiversité est la plus grande afin de favoriser leur recolonisation spontanée
  • Favoriser les espèces adaptées localement dans la gestion des espaces communaux
  • Lutter contre les espèces invasives qui parasitent les espaces naturels et concurrencent des espèces autochtones
  • Mettre en valeur la rivière de Morlaix en lien avec Morlaix communauté et en participant à la gestion des bassins versants et des cours d’eau intramuros (les accès à l’eau).
  • Végétaliser de nouveaux lieux

Une pédagogie de la nature

  • Créer une MAISON DE LA NATURE :
    – S’appuyer sur les compétences du personnel du service « jardins espaces verts », au besoin le former pour une évolution de ses missions (moins de tableaux floraux, plus d’interventions nature)
    Lieu d’échange et de partage, d’animations (bourse aux plantes / grainothèque)
    Lieu d’information et de formation : faire connaître les ressources naturelles locales, sensibiliser le public ( écoles, crèche, assos, citoyens, …..) grâce à des outils pédagogiques, expositions, ateliers de bricolage ( nichoirs, compostage, greffage..)
    – Mettre en place un partenariat avec les associations de protection de la nature (Bretagne Vivante / Eau et rivières de Bretagne / CPIE / au fil du Queffleut et lde a Penzé / APPMA / Groupe Mammalogique Breton / les Trottes sentiers / bois de LANGOLVAS / jardins associatifs ou partagés) et le lycée de Suscinio (en particulier BTS Gestion et Protection de la Nature)
  • Pour une gestion favorisant les espèces autochtones, prévoir une signalétique éducative (Vallée de Ty Dour, Voie verte)
  • Favoriser l’engagement citoyen : «Opération 10 gestes pour la planète» :(engagement à limiter par exemple les produits phytosanitaires, la consommation de l’eau…).

Laisser un commentaire