Lettre n° 14 : Montroulez, ur gêr eus Breizh / Morlaix ville bretonne

D’aucuns associent la notion d’identité à l’idée de fermeture et de rejet de la différence. Nous la concevons au contraire comme le socle d’une diversité, source d’échanges et d’ouverture aux autres : Morlaix doit affirmer son identité bretonne.

Sauver la langue

Au siècle dernier, en imposant l’usage exclusif du français, l’école a participé à l’étouffement la langue bretonne. Elle doit aujourd’hui contribuer à sa sauvegarde. En effet, s’il reste 19% de locuteurs dans le pays de Morlaix, leur moyenne d’âge est de 70 ans. La survie de la langue repose donc sur sa transmission aux plus jeunes, avec notamment les écoles bilingues et Diwan, qui comptent ici moins de 200 élèves au total (contre plus de 500 à Carhaix ou à Lannion).

En comparaison de Lannion, le manque d’engagement des élus morlaisiens est patent. Lannion-Trégor-Communauté a signé le niveau 2 de la charte de promotion de la langue « Ya d’ar brezhoneg », quand Morlaix peine à appliquer le niveau 1. Lannion offre des possibilités d’apprentissage pré et parascolaires (crèches et asssistant.e.s maternel.le.s bilingues, séjours d’été en breton pour les 9-13 ans), met en oeuvre une signalétique bilingue dans les rues et les bâtiments publics, forme des agents municipaux au breton.

Soutenir la culture

À Morlaix, les créateurs et les acteurs de la culture bretonne (Bagad, KLT, Ar Falz, maison d’édition Skol Vreizh…) sont peu soutenus. Que fait la ville pour promouvoir des événements et favoriser l’implantation d’activités de production audio-visuelles, théâtrales, musicales, etc, enracinés dans le terreau breton ? Certaines collectivités se sont dotées d’une maison de pays consacrée à la culture bretonne. Ne peut-on envisager de reproduire cette initiative dans le cadre de Morlaix Communauté ?

L’identité bretonne, un atout économique

Dans plusieurs métiers de la santé ou du travail social auprès des personnes âgées, la pratique du breton facilite l’échange, contribue au mieux-vivre et concourt à préserver la dignité. Elle peut aussi renforcer les liens intergénérationnels.

Si les particularismes locaux sont parfois dévoyés par le marketing, il arrive fréquemment qu’un territoire tire réellement parti de ses spécificités culturelles. On pense évidemment au tourisme. Plus généralement, la culture bretonne offre un ancrage à tous ceux qui veulent échapper à l’uniformisation du monde. En celà, elle peut irriguer et stimuler diverses activités économiques et sociales. Et ce n’est pas sur les métropoles que la Bretagne doit miser, mais sur des villes moyennes en interaction et en synergie : Morlaix gagnerait à s’inscrire au coeur d’un tel réseau avec Lannion, Carhaix, Landerneau…

L’identité bretonne n’est pas un vestige du passé, c’est un germe d’avenir !

Gant tud zo e vez komprenet an identelezh evel ur c’hoant da chom serret ha da bellaat diouzh an disheñvelderioù. Er c’hontrol, e soñj deomp ez eo an identelezh diazez al liesseurted hag an digeriñ war ar re all: dleout a ra Montroulez diskouez splann hec’h identelezh vreizhat.

Saveteiñ ar yezh

Er c’hantved diwezhañ he doa kemeret perzh ar skol el labour diskar ar brezhoneg, en ur rediañ an holl d’ober gant ar galleg hepken. Dleout a ra sikour d’he gwareziñ bremañ. Ret eo gouzout e chom 19 % a gomzerien e bro Montroulez, met 70 vloaz eo keidenn o oad. Evit saveteiñ ar yezh eo ret he zreuzkas d’ar re yaouank neuze, dre ar skolioù Diwan da skouer, a vod nebeutoc’h eget 200 skoliad amañ (en tu all da 500 e Karaez pe e Lannuon).

Anat eo an diouer a engouestl eus tu dilennidi Montroulez pa vez keñveriet ouzh Lannuon. Sinet eo bet live 2 ar Garta Ya d’ar brezhoneg gant Lannuon-Treger Kumuniezh, pa vez a-boan lakaet e pleustr al live 1 e Montroulez. E Lannuon e vez kinniget brezhoneg a-raok ar skol ha tro-dro (magourioù ha skoazellerezed mamm divyezhek, kampoù hañv e brezhoneg evit ar re etre 9 ha 13 vloaz), hag e vez staliet panelloù divyezhek er straedoù hag er savadurioù kêr, stummet e vez implijidi ar gumun d’ar brezhoneg.

Skoazell ar sevenadur

N’eo ket skoazellet a-walc’h krouerien ha buhezerien sevenadur Breizh e Montroulez (Bagad, KLT, Ar Falz, an ti embann Skol Vreizh…). Petra a ra an ti-kêr evit broudañ darvoudoù hag aesaat an degemer evit abadennoù kleweled, c’hoariva, sonerezh, hag all, awenet gant spered ar vro? Strollegezhioù zo o deus krouet un ti ar vro gouestlet da sevenadur Breizh. Ha perak ne vefe ket graet ar memes tra gant Montroulez Kumuniezh?

An identelezh vreizhat, ur perzh pozitivel war dachenn an armerzh

Gant ar brezhoneg e vez aesaet an darempredoù e meur a vicher eus skourr ar yec’hed pe eus al labour sokial gant ar re gozh; kreñvaat a ra an eskemmoù, gwellaat a ra ar vuhez. Kreñvaat a ra al liammoù etre ar rummadoù ivez.

Daoust ma vez drougimplijet ar perzhioù sevenadurel lec’hel evit abegoù marketing a-wechoù, e tenn splet alies an tiriadoù eus o ferzhioù dibar memestra. Soñjal a reer en douristelezh evel-just, met reiñ a ra ivez ar brezhoneg tu da derc’hel a-enep heñvelekadur ar bed. Dre-se e c’hall magañ ha broudañ obererezhioù armerzhel ha sokial. N’eo ket war ar « meurgêrioù » e tle Breizh kontañ evit an dazont, met war kêrioù etre liammet etrezo ha prest da genlabourat: mat e vefe da Vontroulez kemer perzh en ur rouedad a-seurt-se, gant Lannuon, Karaez, Landerne…

N’eo ket identelezh Breizh un relegenn eus an amzer dremenet, met ur chañs evit an dazont !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *